Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2016 3 21 /09 /septembre /2016 17:06
L'heure de plomb de Bruce Holbert (Gallmeister)

L'heure de plomb de Bruce Holbert

(Gallmeister - Nature writing - septembre 2016 - 374 pages)

Traduit de l'anglais (américain) par François Happe

Titre original : The Hour of Lead (USA - 2014)

-------------------------------------------

"L'heure de plomb" est un des romans étrangers de la rentrée littéraire de l'été 2016 et les éditions Gallmeister ont eu la gentillesse d'envoyer ce roman aux membres du challenge Gallmeister animé sur facebook par Léa, qui le souhaitaient.

J'avais eu une première expérience en début d'année avec "Landfall" d'Ellen Urbani et cette deuxième lecture est également une belle aventure littéraire.

Pour ceux qui pourraient penser que le  label "Nature Writing" vous donnera l'occasion de voyager dans la nature comme dans un nirvana où tout est "merveilleux", il va falloir changer d'avis en lisant ce livre. Certes la nature y a un grand rôle dans la vie des personnages mais bien souvent loin de leur offrir du "bonheur".

 

 

Linda Jefferson a 24 ans et est veuve de guerre. Elle est maîtresse d'école. Parmi ses élèves il y a deux jumeaux Matt et Luke. On est en 1918 et une tempête de neige d'une force inconnue s'abat sur la région. Linda aperçoit le cheval des jumeaux et part à leur rencontre, les trouve et les amène à l'école. Trempés ils se couchent nus dans des couvertures et font du feu en brûlant des bureaux de l'école. Hélas Luke meurt et Matt pour se réchauffer fait l'amour à Linda.

Ils habitent le comté de Lincoln, état de Washington. Ed Lawson le père de Matt a disparu cette nuit là et son corps n'a pas été retrouvé. Alors son fils survivant le recherche. Et Wendy la fille de l'épicier l'accompagne quand il va frapper à chaque porte pour savoir si quelqu'un sait quelque chose. Aucun résultat, alors ils changent de secteur.

Ils vont avec leur chariot attelé jusqu'aux tribus indiennes.

Matt travaille à la ferme et va moins régulièrement à l'école. Et puis après quelques semaines Matt et sa mère décident enfin d'enterrer Luke puisque le corps du père n'a pas été retrouvé.

Les dimanches avec Wendy se poursuivent et il se sent bien avec elle. Ils se sont faits deux amis adultes. Alfred  avec sa meute de chiens et Miller et son employé indien. Ensemble ils assistent à un meeting organisé par un pasteur genre gourou, Jenkins. Et ils font capoter la fête, les chiens mangeant toute la viande ce qui crée une certaine violence. D'ailleurs Matt est blessé par balle à l'épaule.

Peu après son chien permet de retrouver la dépouille du père le dégel ayant permis d'exhumer le corps amputé. Le dimanche suivant Matt dit à Wendy que leurs sorties sont terminées.

Matt travaille à la ferme et finit par ne plus aller à l'école. Il ne voit plus Wendy et se renferme sur lui-même.

Linda Jefferson voit chaque semaine l'inspecteur Harrison et elle lui demande de lui faire un enfant. Il accepte jusqu'à ce qu'elle lui annonce qu'elle est enceinte. Quelques semaines plus tard il lui signifie son licenciement.

Matt dépose chaque nuit un cadeau devant la porte de Wendy. Il vient avec le cheval hongre qu'il a acheté à un indien et qui est difficile à dompter. Il lui offre mais il le tue car il l'a blessée. Elle découvre qui est le "prince charmant" après que la famille entière l'a guetté.

Linda quitte le village après être passée voir le banquier et le médecin.

 

Ainsi s'achève la première partie du roman où l'on voit bien les situations de violence faites par la nature ou par les hommes, selon les circonstances. Et toute la vie de Matt, Linda et Wendy, les trois personnages principaux, vont devoir se "battre" pour survivre dans cette contrée où rien n'est simple. Horace et le vieux Roland vont à leur tour faire leur entrée en scène dans un même climat de tension :

 

Ainsi, Matt quitte le village après avoir reçu une balle à la hanche et s'être cassé le bras en tombant du toit de la maison de Wendy. Pendant treize ans il va aller travailler un peu partout en faisant tout ce qui se présente à lui. Et un soir lui qui est devenu un sacré gaillard va sauver Horace Jarms des mains de quatre malfaiteurs et se mettre au travail pour lui et son père le vieux Roland qui a autrefois enterré deux enfants mort-nés et vu partir à son insu sa femme quand Horace avait trois ans.

Horace est fainéant et ne pense qu'à s'amuser.

Quant à Wendy elle s'est installée chez Mme Lawson dès le départ de Matt. Cela fait quinze ans à présent qu'elle vit au ranch mais il y a un avis d'expulsion, suite à la construction d'un barrage qui va faire monter les eaux et engloutir la maison....

La maison de Linda a brûlé et elle et son fils Lucky sont hébergées chez Mrs Lawson et Wendy.

 

On comprend alors que le destin de chacun va faire se rejoindre au-delà des années les protagonistes...

Presque toute une vie va ainsi passer entre rapport de force, combat avec la nature. Même l'amour est difficile à vivre dans ces contrées où tout paraît hostile.

 

J'ai vraiment ressenti beaucoup de tension dans ce roman qui aurait pu être aussi inscrit dans la collection "néo-noir", car on voit rarement briller la lumière.

 

Seulement, tout cela fait un grand livre, un grand et beau texte, merveilleusement raconté au fil du temps. Je n'ai pas vraiment trouvé de personnages sympathiques, mais quand on vit dans ces comtés entre 1918 et les années 60/70, on ne rit pas tous les jours...Où est le rêve américain?

 

Page 201 (début du chapître 20) pour voir l'ampleur du style : "Elles ne lui brossaient pas les cheveux et, s'ils étaient moins emmêlés depuis qu'il les avait coupés, sa tête resemblait toujours à une boule d'amarante, et avec son regard aux yeux de biche, il avait l'air d'être encore à moitié endormi bien après midi. Ses vêtements, à l'exception des habits de seconde main qu'elle lui avait fait mettre ce premier soir, étaient fins comme un voile, là où ils n'avaient pas encore été rapiécés ou élargis pour tenir compte de sa croissance. Son menton était parsemé de poils de barbe. Lucky avait seize ans, mais il était si étrange et si sauvage qu'aucun nombre, en dehors de sa taille et de son poids, ne pouvait le décrire de manière adéquate."

 

​Un auteur à découvrir et à suivre avec ce deuxième roman publié par Gallmeister après "Animaux solitaires" paru en 2013 et repris en collection de poche Totem en 2016. Il est né dans l'état de Washington, c'est dire qu'il connait bien la région qu'il décrit dans ce roman remarquable.

 

Un grand merci aux Editions Gallmeister et à Léa qui anime avec brio le challenge Gallmeister.

 

Et ce roman s'inscrit dans le mois américain conduit par Martine avec autant de brio.

L'heure de plomb de Bruce Holbert (Gallmeister)
L'heure de plomb de Bruce Holbert (Gallmeister)

Partager cet article

Repost 0
Published by DENIS - dans LITTERATURE
commenter cet article

commentaires

Marine Le Puy des Livres 21/09/2016 18:54

Je suis persuadée que ce roman doit être magnifique mais je ne suis pas emballée plus que ça par ce livre.

Denis 22/09/2016 09:52

Il y a assurément pas mal de tensions dans ce livre. Ceci dit c'est très bien écrit.

Elle Blogue 21/09/2016 18:19

Il a l'air bien ce livre !
En c emoment je lis "Luz ou le temps sauvage" d'Elsa Osorio, dont tu nous avais parlé et j'avoue avoir beaucoup de mal avec ce livre à la construction complexe. On dirait un puzzle et je ne sais pas si je vais avoir la patience de continuer...
Amicalement,
Valérie (Figaro)

Denis 22/09/2016 09:52

Oui ce livre est magnifique.
Quant à Luz j'ai adoré mais en effet il faut s'accrocher mais il en vaut la peine.

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***