Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 16:44
Ma cousine Rachel de Daphné du Maurier (Livre de Poche)

Ma cousine Rachel de Daphné du Maurier

(Livre de Poche - 499 pages - 384 pages nouvelle édition)

Traduit de l'anglais par Denise Van Moppes

Titre original : My cousin Rachel

---------------------------------------

 

On sait tout ce que l'on doit à Alfred Hitchcock (1899-1980) pour la notoriété des livres de Daphné du Maurier (1907-1989)  :​  L'auberge de la Jamaïque, Rebecca ou Les Oiseaux.

Ce roman, "Ma cousine Rachel" parut en 1951, après qu'elle eût publié ces ouvrages "hitchcockiens". Il a tout de même été adapté au cinéma par Henry Koster avec Richard Burton un an plus tard en 1952.

 

Il y avait bien longtemps que je n'avais lu cette auteure que je craignais un peu "démodée".

Et puis, à l'occasion du "mois anglais" en juin, avec la thématique du 9 juin, autour de la campagne anglaise, Johanna Lilas m'a proposé d'en faire une lecture commune.

Alors, très sérieusement, tous les jours pendant deux petites semaines chacun a lu les trois chapitres du jour en s'envoyant via Messenger son ressenti, son interprétation, ses attentes par rapport à l'action et aux personnages. Ceci a été très stimulant et a rendu la lecture vivante. C'était la première fois que je procédais ainsi et je suis prêt à retenter l'aventure tellement c'est passionnant de lire ainsi.

On a plutôt souvent été d'accord pour houspiller l'incrédulité de Philipp et l'aspect "dangereux" de Rachel.

Vous lirez sur son blog, le compte tenu de cette lecture faite par Johanna

 

 

 

Ambroise Ashley a servi de "famille" à son cousin Philip, le narrateur et il lui doit tout ce qu'il est devenu. Mais depuis ses études londoniennes Philip est obligé de rester en Cornouailles car Ambroise a décidé de voyager. Passionné par les jardins et les plantes il ramène de ses deux voyages en Méditerranée des plantes exotiques qui poussent bien malgré le climat en Angleterre. Et puis le troisième hiver il part en Italie et dit avoir rencontré une cousine qu'il appelle Rachel et peu après il annonce s'être marié avec elle.

Chacun à son rang (Philip et les employés) imagine la vie ici avec Rachel pour le meilleur ou le pire. Mais le maître tarde à rentrer et au deuxième été ses lettres sont désespérées au point d'implorer Philip de venir le voir à Florence.

Il arrive à Florence après trois semaines de voyage, fatigué, incommodé par la chaleur et quand il arrive à la villa c'est pour apprendre par un couple de domestiques qu'Ambroise est mort et enterré à Florence depuis trois semaines. La propriété est à vendre et Rachel est partie emportant toutes les affaires. Philip visite la maison qui retrouve un peu d'éclat par l'ouverture des volets avant de retrouver l'ombre de la mort.

Le soir il rencontre Rainaldi l'homme de confiance de Rachel qui dit qu'Ambroise est mort suite à une tumeur au cerveau d'où ses propos confus et déments qui prétendraient que sa femme lui avait fait du mal. Philip n'en croit rien et se jure de rendre le mal à Rachel. Il rentre en Cornouailles.

Son parrain Nick Kendall lui confirme qu'il hérite de tous les biens et que le testament n'a pas été modifié avec le mariage. Ainsi il serait de bon ton de ne pas incriminer Rachel d'avoir été une des causes du décès d'Ambroise.

Rachel est à Plymouth et a écrit au parrain de Philip qu'elle met à disposition du cousin toutes les affaires d'Ambroise. Philip accepte qu'elle vienne au domaine mais se montre très distant pendant les préparatifs de son arrivée. Et le soir de son arrivée, après le dîner pris séparément, il faut bien qu'il vienne jusqu'à elle comme elle l'a demandé via ses domestiques.

Il la voyait plus grande. Sa voix est douce et calme. Il parvient à être aimable mais tout en retenue.

Elle sait tout ou presque de sa famille et de la vie quotidienne ici et sait de quoi est constitué le domaine. Elle est habillée en noir mais montre de la gaieté et de la détermination dans sa voix ce qui laisse peu d'espace à Philip pour s'exprimer.

Le lendemain il la promène dans la propriété, elle à cheval et lui à pied, car elle ne sait pas monter seule à cheval. Et il se sent mal à l'aise, ce qu'elle a bien ressenti, car il veut lui dire qu'il est allé à Florence.

Le soir ils se parlent franchement et Philip montre les lettres qui incriminent Rachel. Ainsi chacun dit avoir été jaloux de l'autre au travers d'Ambroise. Ils sont à présent soulagés comme si l'on avait fait tomber le masque.

La messe puis le repas du dimanche se passent à merveille tout le monde étant subjugué par Rachel. Et Philip commence alors à lui dicter ce qu'elle doit faire chaque jour tout en continuant à parcourir le domaine et y rencontrer les fermiers. Louise, la fille de son parrain, semble jalouse de Rachel que tout le monde trouve jolie.

Philip lui fait obtenir une rente trimestrielle signée par son tuteur car il s'était offusqué qu'elle ait parlé de donner des cours d'italien. Quand elle apprend la nouvelle et le lien fait avec ces cours elle se montre à Philip orgueilleuse et offusquée de tels propos puis elle lui dit qu'elle a été ingrate. Elle accepte la rente et le principe de rester ici encore un moment.

Rachel s'occupe du jardin pendant tout ce mois d'octobre et semble s'intéresser à Mr Kendall. Elle dit à Philip qu'il ne doit pas rester vieux garçon et qu'il doit épouser une de ses cousines ce qu'il refuse aussitôt.

L'ouverture des malles est dur pour tous deux chacun y voyant des moments de vie avec Ambroise. Et Philip retrouve un fragment de lettre où Ambroise parle de dettes de Rachel qu'il a dû combler, comme si elle était malade, avide de dépenses.

 

Je n'en dirai pas plus sur cette histoire. Philip est amoureux de Rachel et se montre soumis, prêt à tout pour la rendre heureuse et la maintenir ici en Cornouailles quand tout devrait la renvoyer à Florence. Est-elle cupide ? Obnubilée par l'argent. Rainaldi est sans doute de mauvaise influence, encore plus quand il débarque au domaine. Louise, amoureuse de Philip !!, aura-t-elle un rôle à jouer dans cette histoire, car elle est très lucide et comprend que son cousin Philip ne maîtrise en aucun cas la situation.

 

Un très bon suspens psychologique qui énerve le lecteur, lequel voudrait tant que Philip comprenne qu'il est manipulé. On voudrait lui souffler ce qu'il devrait faire.

 

Ce roman n'est pas un chef d'oeuvre. Il est écrit dans le style de l'époque où il devrait se situer : début du XIXe siècle, même si rien n'indique précisément quand se situe l'action. Une agréable lecture comme il faut en faire régulièrement pour se rappeler que le monde de la littérature est vaste et qu'il faut selon son humeur, ses envies du moment, lire tel ou tel auteur. Et Daphné du Maurier mérite qu'on y revienne de temps en temps.

 

Bonne lecture,

Denis

 

 

Lecture faite dans le cadre du mois anglais organisé par Lou et Cryssilda et que vous pouver retrouver sur facebook et sur les blogs des participants.

 

C'est une deuxième lecture après un livre sur L'histoire de Londres.

 

 

Ma cousine Rachel de Daphné du Maurier (Livre de Poche)

Partager cet article

Repost 0
Published by DENIS - dans LITTERATURE
commenter cet article

commentaires

FondantOchocolat 10/06/2016 06:48

un suspense bien dosé ; j'avais beaucoup apprécié cette lecture!

Denis 10/06/2016 15:08

En effet un suspense qui conduit le lecteur a vouloir faire infléchir l'intrigue avec ce Philip qui s'aveugle par amour.

Lilas 09/06/2016 21:22

Merci pour la lecture commune. Le roman etait plutot bien. A bientot.

Denis 09/06/2016 22:49

J'ai aussi bien apprécié notre approche de la lecture commune. Ai plaisir d'en refaire une quand l'occasion se présentera.

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***