Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 21:01
La ferme de Navarin de Gisèle Bienne (Gallimard)

La ferme de Navarin de Gisèle Bienne

(Gallimard - L'un et l'autre - 129 pages - janvier 2008) ---------------------------------

Qui connait la collection "L'un et l'autre" sait avant même d'ouvrir le livre qu'il aura affaire à un texte de qualité.

La collection a été créée et dirigée par J.B. Pontalis, jusqu'à sa mort en 2013. Il la définissait comme suit : "L'un et l'autre : l'auteur et son héros secret, le peintre et son modèle. Entre eux un lien intime et fort. Entre le portrait d'un autre et l'autoportrait, où placer la frontière ?"

 

http://www.gallimard.fr/Divers/Plus-sur-la-collection/L-Un-et-l-autre/%28sourcenode%29/116293 

La collection vient de s'arrêter, ce qui est bien dommage. Il restera à lire voire relire les 127 livres de la collection dont Christian Bobin a été le "fleuron" remportant 3 des 5 meilleures ventes de "L'un et l'autre". Mais n'oublions pas tous les autres auteurs qui ont offert des livres passionnants.

 

Alors, dans le contexte de la collection rappelé ci-dessus, "La ferme de Navarin" raconte la passion de l'auteure, Gisèle Bienne pour l'oeuvre de Blaise Cendrars. Et pour ce livre, elle est allée sur les traces de son auteur fétiche à "la ferme de Navarin", là où un jour de septembre 1915, en pleine campagne en Champagne, un obus a frappé le bras et la main de Cendrars. L'homme à "la main coupée" (titre d'un livre qu'il commencera en août 1918 et qu'il achèvera avec l'autre guerre mondiale) a alors quitté le front, a souffert atrocement de cette amputation, lui laissant d'insupportables douleurs fantômes. Toutefois, malgré des mois de "flottement", la vie a continué et il s'est plus que jamais consacré à sa passion pour la littérature.

 

L'auteure nous dit avoir découvert l'écrivain quand elle a lu à 20 ans sa "prose du transsibérien", ce magistral poème qui a fait rêvé tant de lecteurs. Ce livre est donc un voyage au coeur de ce premier conflit mondial vers la ferme détruite depuis, le lieu étant inséré dans le camp militaire de Suippe. Ne subsiste plus qu'un panneau "Ici fut la ferme de Navarin'. Apollinaire, André Masson le peintre étaient dans les environs de la ferme également.

 

Page 64 : "Je me promène sur le site de l'ancienne ferme, une lande bosselée. Les barbelés des anciens chevaux de frise forment un petit monticule. J'ai l'impression de me trouver sur une sorte d'îlot au milieu des jeunes blés, et le ciel a l'air d'une lagune. Comme de la tour d'un phare, la vue est vaste".

 

Promenade, rêverie, instants de vie de Cendrars. Tout cela fait de ce livre un petit bijou littéraire à lire en prenant le temps de flâner, de rêver et puis surtout d'avoir envie de lire et relire Blaise Cendrars.

 

Page 106 : "Rêver, contempler, c'était pour Cendrars une forme d'aventure. La contemplation le menait à la mélancolie et lui procurait une intense joie spirituelle. Il disait que "pour être désespéré , il faut avoir beaucoup vécu et aimer encore le monde". C'est pourquoi tout lui était égal, la pauvreté, la richesse, le bien, le mal, l'intelligence, la bêtise. A la question : "Quel est pour vous le comble de la misère?", il répondit : "la confusion mentale"".

 

Cendrars, comme tant d'autres, a souffert de cette guerre et plus encore de la bêtise des cadres de l'armée qui ont osé faire tuer tant d'innocents pour des offensives suicidaires. Ce livre est aussi un "pèlerinage historique" sur ces lieux de mémoire et un hommage aux écrivains, peintres ou simples soldats qui ont donné leur vie ou qui ont survécu avec des traumatismes à vie. Ainsi, André Masson a fait de nombreuses toiles qui ont raconté cette guerre. Cendrars a pris la plume de la main gauche pour écrire ce calvaire. Un livre formidable à déguster, je ne le dirai jamais assez. Et si vous ne connaissez pas cette collection, précipitez-vous chez un libraire ou dans une bibliothèque pour lire ces livres bleus et blancs, pépites littéraires.

 

Bonne lecture,

 

Denis

(J'inscris bien sûr ce livre aussi dans mon parcours : livres autour de la grande guerre).

Partager cet article

Repost0

commentaires

Anne 29/05/2014 14:38

Je sens que je vais le chercher aussi ! Merci pour la découverte.

Denis 29/05/2014 22:13

C'est un "petit" livre très riche et très littéraire autour de Cendrars et la grande guerre.

argali 02/05/2014 12:07

La bataille en ce lieu, évoquée dans "Le cavalier démonté" m'avait intriguée car je n'en connaissais rien. Savoir en plus que Cendrars y a participé et que c'est là qu'il a été amputé me donne encore plus envie.
Il est commandé. Merci Denis.

Denis 02/05/2014 21:20

Bonne future lecture et il faudra que je lise "Le cavalier démonté".

Sandrine 30/04/2014 07:24

Je n'aime pas tout Cendrars mais ses textes sur la guerre sont très beaux. Je note donc ce texte qui ne pourra que me plaire. Merci pour ce conseil.

Denis 01/05/2014 16:40

Un livre court mais très riche. Le livre donne envie de lire ou relire Cendrars

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***