Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 07:00
Luz ou le temps sauvage d'Elsa Osorio (Métailié)

Luz ou le temps sauvage d'Elsa Osorio (Métailié - 2000 - 352 pages)

Traduit de l'espagnol (Argentine) par François Gaudry

Titre original :  A veinte anos, Luz (1998)

-----------------------------------

Pour lire ce roman, il faut prendre son temps, digérer les événements et les personnages dont les voix se mêlent pour délier un problème grave survenu lors de la dictature militaire de 1976 en Argentine.

Le prologue se passe à Madrid en 1998 où Luz Iturbe se trouve avec son mari Ramiro et leur jeune fils Juan. Elle appelle un certain Carlos Squirru qui aurait été le compagnon de Liliana, il y a plus de 20 ans. Il est évasif mais accepte de la rencontrer dans un café. Liliani Ortiz a donné le nom de Carlos après son accouchement et avant de mourir à Miriam Lopez. Luz raconte quelques bribes de son histoire et dit à Carlos qu'ils doivent se revoir.

Alors débute le long récit de Luz à Carlos qui est son père, on le comprend très vite. Car pour en arriver à lui, 22 ans ont passé et pour elle, après un long temps d'innocence, elle a fini par découvrir la vérité sur ses origines. Elle commence par raconter l'histoire de Miriam Lopez en 1976, au temps de la dictature. Elle voulait être mannequin car très jolie et elle s'est retrouvé strip-teaseuse puis "putain", enchaînant avortements jusqu'à sa rencontre avec celui que l'on appelait "la Bête" et qui lui a promis de lui donner l'enfant qu'elle ne pourra jamais avoir. Ce sera l'enfant de Liliana, une jeune femme prisonnière pour activisme anti-dictature, qu'il récupérera et ils pourront se marier. Dans le même temps, Mariana, la fille du terrible militaire Dufau, doit accoucher mais l'enfant meurt à la naissance et elle va vivre un coma temporaire, ce qui laisse le temps à Dufau, le chef de "la Bête" (le sergeant Pitiotti), de lui faire apporter l'enfant né de Liliana, une fille. Mariana n'en saura rien de cette histoire et son enfant sera Luz. Pendant son coma, Liliana et l'enfant sont hébergés chez Miriam et la Bête. On comprend combien il est difficile pour Miriam d'accepter cette situation et elle va aider Liliana à s'évader de leur domicile bien gardé par la police de Dufau. L'aventure ne s'achève pas comme elles l'auraient voulu mais Liliana a le temps de dire à Miriam qui est le père...

Et la narration continue en 1983, alors que Luz a 7 ans. Miriam va partir à sa recherche et la retrouver. Enfin, la 3e partie nous amène à la période 1995-1998. Luz est adulte, rencontre Ramiro et devient mère de famille mais la recherche de ses origines la pousse à reprendre "l'enquête" autour de Miriam jusqu'à Carlos...

 

Il ne faut pas tout raconter car ce livre se lit comme un thriller. Très bien écrit, ce livre pêche un peu par le fil narratif car on ne sait pas toujours qui parle. On comprend très vite que les phrases en italique sont celles "d'aujourd'hui" quand Luz et Carlos se font des commentaires. Luz raconte cette histoire mais par moment on pasee au narrateur inconnu !!! qui dit Luz a dit, a fait... Qui parle alors ?

Mis à part ce petit bémol, on a affaire à un livre passionnant sur l'histoire sombre de l'Argentine au temps de la dictature et les disparitions de femmes et d'enfants. Elsa Osorio nous parle des "grand-mères de la place de mai" qui ont fait des recherches sur leurs petits enfants volés pendant que leurs parents étaient le plus souvent tués pour leurs activités politiques. Ernesto Sabato est cité pour son rapport "Jamais plus"sur ces exactions. C'est effarent mais l'auteure réussit à ne pas tomber dans le pathos.

Eduardo, le mari de Mariana est l'homme faible de ce roman. Tous les autres personnages sont des "battants", certains trop par leur sadisme et leur violence tels Dufau et "la Bête".

 

Un grand livre à lire...

 

Bonne lecture,

 

Denis

Livre lu dans le cadre du challenge Mars 2014 - le mois Argentine

Livre lu dans le cadre du challenge Mars 2014 - le mois Argentine

Partager cet article

Repost0

commentaires

Lybertaire 08/05/2014 12:44

Je trouve au contraire que les personnages laissent faire les choses, comme le frère d'Eduardo et Laura, et c'est assez révoltant mais finalement, c'est réaliste : dans la vie de tous les jours, on laisse faire plein de choses comme ça. Et Eduardo, s'il a été lâche pendant des années, a quand même été déterminé à connaître la vérité.

Denis 08/05/2014 16:01

C'est toujours très subjectif de faire parler des personnages et j'ai trouvé faible Eduardo qui s'est laissé mené alors que j'ai trouvé les autres personnages plus "actifs".

Karine:) 06/04/2014 23:05

JE veux le lire depuis des années, celui-là!

Denis 08/04/2014 21:30

N'hésite pas à le lire, il est vraiment intéressant

Valentyne 21/03/2014 06:21

Un livre riche en point de vues :-)
Je n'ai pas trouvé Eduardo si faible que cela ....
Bonne journée Denis :-)

Denis 22/03/2014 10:23

Eduardo a eu bien du mal à comprendre ce qui lui arrivait et il se réveille "un peu tard";
Prochaine lecture de cette auteure : "La capitana" que j'ai acheté au salon dédicacé par l'auteure rencontrée au stand France Culture

Pâques 20/03/2014 22:06

Merci pour le partage !
Bonne lecture en perspective :-)
Bonne soirée!

Denis 20/03/2014 22:24

Une auteure passionnante

eimelle 20/03/2014 08:35

ces changements de narrateurs se retrouvent aussi dans Tango, dont j'ai bcp apprécié aussi la lecture!
Bonne journée!

Denis 20/03/2014 09:49

c'est donc une caractéristique de son style, par ailleurs magnifique.

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***