Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 07:00

Le tunnel d'Ernesto Sabato (Points - Seuil - 140 pages)

Traduit de l'espagnol (Argentine) par Michel Bibard

Présentation par Jean-Michel Saint-Lu

Titre original "El tunel" (1948)

--------------------------------------------

Le début du roman dit tout ou presque de l'histoire : "Il suffira de dire que je suis Juan Pablo Castel, le peintre qui a tué Maria Iribarne ; je suppose que le procès est resté dans toutes les mémoires et qu'il n'est pas nécessaire d'en dire plus sur ma personne". Au début du chapitre II, il annonce qu'il va raconter son crime.

 

On aura donc compris que l'auteur n'a pas envie de nous laisser trop de suspens. Et pourtant, il va falloir attendre longtemps pour savoir comment il s'y est pris. 39 chapitres courts vont permettre de découvrir la personnalité de Juan Pablo. 

Il a rencontré pour la première fois Maria Iribarne lors d'une exposition sur son oeuvre. Il l'a observée et a pu voir combien elle s'intéressait à son tableau "Maternité". Personne n'avait regardé avec autant de constance et de méticulosité son tableau. Page 15 : "Mais dans le haut, à gauche, on voyait une scène dans le lointain : une plage solitaire et une femme qui regardait la mer. C'était une femme qui regardait comme si elle attendait quelque chose, peut-être quelque appel affaibli par la distance. La scène suggérait, selon moi, une solitude anxieuse et absolue".

 

Fasciné par cette femme, il espère la revoir au plus vite et lui parler de ce tableau pour essayer de comprendre pourquoi elle seule a considéré cette scène comme fondamentale pour la compréhension du tableau. Quelques mois plus tard, il la voit dans la rue et cherche comment l'aborder. Il finit par lui parler et elle fuit. Il va à nouveau la retrouver, avoir ses coordonnées et l'appeler au téléphone. Il ose alors lui avouer son amour et lui dire qu'il pense à elle tout le temps. Sa réponse est plus évasive mais il comprend qu'elle l'aime aussi. Très vite alors ils tombent amoureux.

 

Mais, car il y a un sérieux bémol, Juan Pablo se montre d'une jalousie maladive. Il découvre qu'elle est mariée, qu'elle a dû avoir bien d'autres amants, notamment Richard qui s'est suicidé, ou encore Hunter qui dirige l'estancia où Maria va régulièrement se ressourcer, loin de Buenos Aires.

 

Tout devient compliqué pour Juan Pablo car il voit des mensonges dans chaque geste de Maria, y compris quand elle fait l'amour avec lui. Il se dit même qu'elle est sans doute une "prostituée", et pourquoi lui avoir fait rencontrer son mari aveugle Allende ? Autant de questions qui rendent cet amour impossible et qui plonge Juan Pablo dans l'alcoolisme, la violence... jusqu'au meurtre...

 

Un roman court mais très fort où chaque mot a sa place, sa valeur. Rien n'est fortuit dans cette narration faite par Juan Pablo depuis sa prison.

 

La 4e de couverture nous dit que "Le Tunnel" a été considéré comme un chef d'oeuvre par Albert Camus et Graham Greene. Rien d'étonnant pour Camus car on est dans "l'absurde" où un homme traverse un "long tunnel", le sien, celui du malheur voulu par sa jalousie morbide. "Le Tunnel" a été considéré comme un des plus grands romans de la littérature latino-américaine. Ce texte fait partie d'une trilogie, avec "Héros et Tombes" et "l'ange des ténèbres".

 

Bonne lecture,

Denis

Le tunnel d'Ernesto Sabato (Points - Seuil)
Livre lu dans le cadre du challenge "le mois argentin" que j'organise et sous forme d'une lecture commune.

Livre lu dans le cadre du challenge "le mois argentin" que j'organise et sous forme d'une lecture commune.

Partager cet article

Repost 0
Published by DENIS - dans LITTERATURE
commenter cet article

commentaires

Malika 11/03/2014 09:37

J'ai décidemment de grosses lacunes en littérature sud-américaine !!! Je n'ai jamais entendu parlé de cet auteur !!

Denis 11/03/2014 20:30

Il est connu pour ce livre uniquement donc il n'est pas médiatique !!!

Valentyne 11/03/2014 05:54

J'ai beaucoup aimé suivre les pensées de cet homme dévoré d'une jalousie maladive ....
Tu soulignes aussi le fait que, bien que l'on connaisse l'issue dès le début, le suspens existe bel et bien ;-) un très bon moment ce livre :-)

Denis 11/03/2014 20:29

En effet on est captivé par cette histoire sordide

Coccinelle 10/03/2014 17:18

Belle note de lecture Denis, un coup de cœur pour moi.
As-tu reçu mon mail où je t'expliquais pour les images ?

Denis 11/03/2014 20:29

Tu le verras sur mon article "lecture commune Ernesto Sabato où j'ai mis les liens http... alors qu'avant je faisais un clic droit et j'intégrais le lien ainsi.

Coccinelle 11/03/2014 00:41

Qu'est-ce que tu entends par récap ?

Denis 10/03/2014 20:08

Oui un beau coup de coeur aussi avec l'envie de lire plus de livres de cet auteur.

Alors, oui, j'ai vu ton courriel mais je ne l'ai pas encore exploité.
Je voudrais voir aussi comment faire des récap. !!!

MTG 10/03/2014 09:10

Il pourrait me plaire ce livre ci. J'ai lu aussi la chronique de Valentyne mais j'ai trop de livres en attente pour le moment.

Denis 10/03/2014 09:28

Il fait 130 pages donc peut être lu en 3 - 4 heures maxi
Une jalousie maladive qui gâche deux vies !!

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***